Le travail

La valeur « travail » est une notion particulièrement importante à traiter pour comprendre notre programme.

Il nous faut donc définir le travail. Travail signifie ici une activité autant intellectuelle que physique qui a un but défini pour le court ou le long terme. Travail ne s'oppose donc pas à loisir mais à farniente. C'est à dire à la notion de «ne rien faire». Une sieste n'est pas nécessairement opposée au travail. Nous considérons qu'il y a deux espèces de travail: celui que l'on reçoit et celui que l'on s'attribue. Tant l'un que l'autre implique une démarche personnelle de choix et d'engagement. Il y a cependant des travaux qui n'impliquent que moi, et que je peux mener à ma guise. Cependant, pour les mener à bien, ceux-ci nécessitent aussi une auto discipline que seule la maturité peut offrir. Nous définissons le farniente comme le rêve éveillé. Le rêve, pendant le sommeil est utile.

Le rêve éveillé, quant à lui, est construit à partir des vécus émotionnels. Si nous fonctionnons avec des émotions inappropriées ou en décalage de la réalité, si nos émotions sont essentiellement centrifuges plutôt que partagées entre soi et les autres, alors le rêve éveillé est contre productif car il renforce l'isolement et ne participe pas à la construction d'un être social en harmonie avec son contexte. Notre thérapie se base donc sur un programme qui laisse le moins de place au rêve éveillé.