Qui sommes-nous?
Découvrez notre évolution au cours de 45 années de recherches

Pourquoi "Collège" ?

Qui est un terme commun à plusieurs pays pour décrire certains établissements d’enseignement (au sens large du terme) comme se veut l’être notre institut. Nous enseignons autant les mathématiques que le savoir-vivre, le français que la gestion du comportement.

Logo2 CMA.

Pourquoi "Marc-Aurèle" ?

Car il fut l'un des empereurs romains les plus droits et justes. Adopté à deux reprises et malgré différentes épreuves dans sa vie, Marc-Aurèle s'est inscrit toute sa vie dans l'action courageuse pour apporter autour de lui bien être et justice . Il cherchera l'équilibre moral et physique avec la nature qui l'entoure, respectant son prochain autant que lui-même. Il a écrit un recueil « pensées pour moi-même » de philosophie de vie duquel de nombreux adages connus sont tirés : « voici la morale parfaite : vivre chaque jour comme si c'était le dernier ; ne pas s'agiter, ne pas sommeiller, ne pas faire semblant. Rien n'est avantageux qui te fait perdre le respect toi-même ;

Historique

L’histoire commence en 1970 par le projet de D. et H. FLAWINNE de créer un lieu de vie thérapeutique pour les enfants souffrant de troubles graves de la personnalité. A cette époque, il n’existe pas de structures reconnues et subsidiées pour la prise en charge de ces jeunes enfants. Nous sommes au lendemain de MAI 68 et du courant antipsychiatrique. Quelques initiatives du même genre voient le jour en Wallonie.

DH Flawinne 00 C

Ensemble, elles vont obtenir la reconnaissance de leur pratique par le Service de Soins de Santé et le Ministère de la Santé Publique mais surtout voir la maladie qu’elles soignent inscrite dans les nécessités à prendre en charge. Après l’achat et la transformation de bâtiments de ferme, « Le Nidoux », qui garde déjà quelques patients, ouvre officiellement.

En 1977, D. et H. Flawinne abandonnent le cadre psychanalytique pour s’engager dans le modèle écosystémique. Le Nidoux va grandir (20 élèves) et définir progressivement son approche de la psychose et son modèle d’intervention. En pionniers, ils utiliseront le modèle non seulement pour la prise en charge des familles mais également pour appréhender le fonctionnement institutionnel.

En 1980, il fait appel au Professeur C. Saccu de l’Ecole de Rome (qui a développé une recherche sur le travail notamment de la psychose) pour superviser leur clinique. Cette supervision durera 3 années. Elle permettra de donner une nouvelle lecture de la psychose et ainsi la possibilité de s’ouvrir à d’autres alternatives thérapeutiques qui seront expérimentées et réajustées sans cesse.

Le caractère de recherche sera de plus en plus accentué par l’ouverture, en 1984, d’un centre de thérapie et d’une école de formation d’abord destinée aux travailleurs sociaux, ensuite également aux psychothérapeutes. L’école invitera, entre autres, Salvador Minuchin, Paul Watzlawick, Carlos Sluski, Michel Lemay et aussi Guy Ausloos, Jacques-Antoine Malarewicz et Elisabeth Fivaz.

 Historique therapeutes00C                        Historique therapeutes01C.

Formées à l’université de Paris, c’est en 1996 que leurs filles Valérie et Lauwrence Flawinne, thérapeutes familiales, poursuivent leurs apprentissages au contact des patients des instituts. Cette année voit également l’accueil de nouveaux résidents. Le projet pour adultes « Les Chouettes » vient de naître. Avec quelques volontaires et l’intervention de l’état qui offre un plan d’aide à l’emploi de quelques travailleurs.

En 1997, la remise en cause par la Sécurité Sociale de l’intérêt de la structure et de la prise en charge des patients du Nidoux aboutit à la définition d’une nouvelle convention limitative dans le temps du traitement, les moyens thérapeutiques et la sévérité des pathologies. Cette même année, D. et H. Flawinne présentent le projet « Séquoia » à la Sécurité Sociale française. Reconnu par l’AWIPH, Séquoia sera le premier institut belge à être agréé par la Sécurité Sociale Française qui accueille une trentaine d’enfants et adolescents souffrant de troubles graves de la personnalité.

DH Flawinne C

Le projet « Les Chouettes » ne peut survivre en l'absence d'agrément AWIPH. Le moratoire sur la création de nouveaux lits est toujours en cours. La fermeture de ce projet sera aussi le point de départ pour la création de l’institut « Le Taquin » destiné toujours aux adultes mais conventionné avec les départements français. Certains patients belges seront maintenus malgré le peu, voire l'absence de subsides.

Lorsque Lauwrence Flawinne reprendra la direction générale des instituts, les patients adultes seront réorientés afin de recentrer le projet sur les enfants et adolescents. Ces dernières années, les études en neurobiologie et neuropsychologie sont de plus en plus pertinentes. Nos travaux de recherche s'orientent dans ce sens.

Direction c

Dès le début 2005, confrontés aux troubles réactionnels de l'attachement, nous élaborons un projet spécifique de prise en charge de cette pathologie. Le programme Zingari voit le jour. Celui-ci s’inscrira au sein de l’institut Séquoia qui prendra finalement le nom de « Collège Marc-Aurèle »